Actualités
Ce mois ci> 2018 >> Juin


Dans le Nord, sur les traces du teck

Durant des centaines d'années, le bois de teck a été considéré comme l'une des matières les plus précieuses en Asie du Sud-Est. Le nord de la Thaïlande fut une route commerciale clé pour le teck, et aujourd'hui, les voyageurs peuvent redécouvrir comment ce bois a contribué à la prospérité de certaines des villes comme Phrae et Chiang Mai.
Phrae était une petite ville entourée de forêts de teck. En 1864, l’East Borneo Company fut la première à s’installer à Phrae, propulsant très vite la petite ville au coeur d'un boom économique. La Bombay Burma Trading Company, la compagnie Louis T. Leonowens et enfin, en 1897, la compagnie East Asiatic, obtinrent de grandes concessions foncières et s'installèrent elles aussi.
Phrae prospéra pendant 50 ans jusque dans les années 1930. La ville vit s’ériger des manoirs et des villas magnifiques, la plupart bâtis en teck. Ces bâtiments représentent aujourd'hui l'un des patrimoines architecturaux les mieux préservés de Thaïlande et probablement la plus impressionnante collection de bâtiments en teck du pays.
Selon les experts, la ville compte encore plus de 100 maisons faites en bois précieux. La plupart ont été édifiées entre 1890 et 1920. Leurs propriétaires ont suivi la tendance architecturale de l'époque, mêlant motifs européens distinctifs et sculptures thaïes typiques ou encore le style «pain d'épices» très en vogue à San Francisco, en Australie ou en Nouvelle-Zélande au début du 20ème siècle.
Des vélos gratuits sont disponibles à la caserne des pompiers dans le centre-ville pour découvrir ce formidable patrimoine le nez au vent.
A proximité se trouve le Khum Chao Luang Muang Phrae, ancienne résidence du prince Piriyatheppawong, souverain de Phrae. Construite en 1892, la maison incarne le mélange parfait des styles européen et thaïlandais, et est impeccablement préservée avec des sculptures délicates sur les balcons, vérandas et pignons de toit inspirés de la sculpture traditionnelle thaïlandaise. L'entrée est gratuite pour tous les visiteurs.
Ban Wongburi est un autre manoir majestueux en bois de teck peint dans les tons délicats de rose, blanc et beige. L’opulente demeure abrite également un musée et un petit restaurant.
La maison Vichai Racha est un autre exemple étonnant de manoir « pain d'épice », il est inoccupé mais ouvert à tous les curieux.
Il est également possible de visiter d'anciennes plantations de teck. L'école forestière et l'école technique de Phrae sont construites sur d'anciennes concessions de l'East Asiatic Company et de l’East Borneo Company. De petits bungalows en bois sont toujours là, entourés de jardins botaniques avec un musée documentant l'histoire du commerce du teck. Des photographies d'époque montrent des éléphants aidant au transport du bois sur les rivières.
A Chiang Mai, les voyageurs peuvent également trouver des vestiges de la présence britannique dans la région de Wat Kate sur la rive est de la rivière Ping. C'est encore aujourd'hui l'une des zones historiques de la ville ornée de belles maisons en bois de teck. En 1889, le fils d'Anna Leonowens, Louis, établit le siège de la Compagnie de Borneo dans un complexe de quatre maisons tentaculaires. L'une a été transformé en un hôtel de luxe (137 Pillars House) qui comprend un petit musée.
Charoenrat Road aligne une série de maisons en teck transformées en boutiques et restaurants, qui valent le détour. Un musée a été ouvert dans l'enceinte du temple Wat Katekaram. Il restitue l'histoire du bois de teck et celle de la présence britannique à Chiang Mai.


Informations légales